HERBÆTUM

Règles d’Or : Les Huiles Essentielles

Pour cet article, nous allons faire un zoom sur les règles d’or de l’aromathérapie et l’utilisation des Huiles Essentielles.

Et oui , ce n’est pas parce que ce type de produit sent très bon, qu’il faut en abuser et en avoir une utilisation sans précaution. Les Huiles Essentielles, dans certains cas, peuvent être toxiques, vous empoisonner, vous paralyser, vous faire convulser ou générer des réactions dans votre corps pas jolies-jolies.

Nous employons des mots forts dans cette introduction d’article. Hélas, trop de personnes utilisent les Huiles Essentielles sans connaitre vraiment les événements malheureux qu’elles peuvent occasionner, dans le cas d’un emploi non-averti.

Voici donc quelques règles de base à respecter avant toute utilisation d’huile essentielle.

Vérifier si l’on est une personne à risque et/ou fragile

Les Huiles Essentielles sont tout d’abord interdites, pour un certain nombre de personnes dites ‘fragiles’. Il existe quelques exceptions, mais dans ce cas, il faut les employer uniquement sous avis et contrôle médical :

Les femmes enceintes

Les mamans qui allaitent

Les enfants de moins de 6 ans

Les épileptiques

Les patients souffrant et/ou sous traitement de maladies chroniques

Respecter le dosage

Dans une posologie conseillée, une goutte = une goutte, et pas une de plus. En effet, chaque plante et donc chaque Huile Essentielle a une zone de fonctionnement qui suit une courbe de bienfaits et de méfaits. En effet, à trop faible dose, les principes actifs de la plante n’apportent rien aux corps. Avec une dose adaptée, la plante nous soulage et nous aide. En cas de surdose, la plante nous nuit en nous intoxiquant. Par exemple, une cuillère à café d’HE de sauge peut vous tuer, un trop plein d’HE de Fenouil peut être neurotoxique etc…

Il faut souvent diluer les Huiles Essentielles dans de l’huile végétale afin qu’elles soient mieux tolérées sur la peau, ou prise dans du miel, de l’huile ou sur un comprimé, neutre si ingérée. Il n’existe que peu d’exception (plantes aromatiques).

Respecter la durée

Ne pas utiliser une huile essentielle, même à faible dose, sur la durée. Il faut faire des pauses pour ne pas saturer le corps et engendrer des dégâts. Bien souvent on utilise une règle simple : 3 semaines d’utilisation donne lieu à minimum 1 semaine de pause, sans emploi d’Huile Essentielle.

Respecter la voie d’administration

Ne jamais utiliser d’Huile Essentielle en intra-veineuse, sur les yeux ou le contour des yeux, ou sans dilution sur les muqueuses.

Chaque Huile Essentielle a son mode d’action propre, il faut donc respecter la voie d’administration : orale, cutané, inhalés etc… Par exemple, certaines huiles essentielles sont photo-sensibilisantes et ne doivent pas être appliquée sur la peau en cas d’exposition solaire, d’autres ne doivent pas être ingéré mais seulement inhalée etc…

Connaitre les astuces qui sauvent

Si l’on a été en contact avec une Huile Essentielle, alors que l’on n’aurait pas dû, n’hésitez pas à contacter votre médecin ou le centre antipoison.

Si ingestion et/ou projection malheureuses dans les yeux, toujours rincer avec de l’huile végétale. Et oui, les huiles essentielles ne sont pas miscibles dans l’eau, donc cela ne servira à rien de rincer sous l’eau du robinet.

Avant toute première utilisation, faire un test de tolérance avec une goutte d’Huile Essentielle dans le creux du coude.

Toujours bien se renseigner sur les propriétés des Huiles Essentielles avant toute utilisation.

Demander l’avis de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

X