HERBÆTUM

Zoom sur le Tilleul

Nous nous rapprochons doucement de l’été et, pendant ce temps, la traditionnelle cueillette de fleurs de Tilleul a démarré, un peu partout en France. D’ailleurs, la capitale du Tilleul se trouve dans la Drôme à Buis-les-Baronnies. Avec leurs 300 000 arbres, cette petite commune récolte, à elle toute seule, environ 95 % de la production nationale.

Grâce aux fleurs de cet arbre, les abeilles ont pu nous concocter du bon miel. Mais saviez-vous que les fleurs de Tilleul, une fois récoltées et séchées, peuvent être utilisée en herboristerie pour notre bien-être ?

La forme la plus simple et efficace est l’infusion de ces fleurs. En effet, les principes actifs, de cette partie de la plante, agissent sur notre système nerveux afin de calmer nos nerfs.

Depuis très longtemps, on vante les vertus sédatives de la tisane de Tilleul. Cela aide donc les personnes agitées à trouver le sommeil mais aussi à réduire le stress dû au surmenage intellectuel. Également, la fleur de Tilleul agit sur la sphère digestive en calmant les spasmes engendrés par les états nerveux.

Une autre alternative à la boisson de Tilleul était utilisée par les générations précédentes. Il s’agit de l’infusion de fleurs, directement dans l’eau du bain, avant de baigner les enfants agités, dans le but de les relaxer.

Notons aussi qu’une autre partie du Tilleul peut être utilisée. Il s’agit de l’Aubier de Tilleul.

L’aubier est un élément à part entière de la plante, puisque c’est la partie molle, qui se situe à l’intérieur de l’écorce de l’arbre. L’aubier de Tilleul possède des propriétés radicalement différentes de la fleur de Tilleul, puisque ce dernier agit principalement sur le foie car il stimule la production de la bile afin de drainer cet émonctoire, mais également sur le système urinaire avec des vertus diurétiques.

Cependant, la récolte de l’aubier de Tilleul nécessite de couper l’écorce de l’arbre afin de prélever la partie intéressante. Cette action blesse l’arbre pouvant même mener à sa destruction. Tout cela n’est pas très en ligne avec la protection de l’environnement, et le respect de la nature.

Il existe d’autres plantes pour soulager le foie telles que le Romarin, l’Artichaut, le Radis Noir. Aussi, d’autres plantes sont les championnes de la diurétique comme le Pissenlit ou le Chiendent. Il vaudra donc mieux privilégier ces dernières, par rapport à l’aubier, pour des questions environnementales.

Précautions :

  • Les plantes ne sont pas des médicaments et ne doivent pas être considérées comme tels.
  • Les plantes ne remplacent pas un médicament que vous devez prendre, mais agissent en support de celui-ci.
  • Les plantes agissent en tant qu’allier dans le rééquilibre du corps, mais si les symptômes persistent consulter votre médecin.
  • Les indications données sont mises à disposition à titre informatif et ne remplacent en aucun cas l’avis médical !

écrit par la Bluette by HERBÆTUM

X