HERBÆTUM

Aloès, suc et gel : les erreurs à éviter

L’Aloès ou l’Aloès Vera est une plante reconnue depuis l’Antiquité (Egypte ancienne et Grèce antique) pour ses vertus contre les infections de la peau.

De nos jours, cette plante est très largement utilisée dans les cosmétiques fait-maison et pour soulager les petits bobos du quotidien comme les brûlures gastriques. On trouve d’ailleurs des centaines d’articles, à ce propos, sur la toile et les réseaux.

Cependant attention, il y a certaines erreurs à éviter, car selon l’utilité que l’on souhaite, il ne faut pas prendre la même partie de la plante.

Lorsque l’on a, entre ses mains, une feuille d’aloès, il y a deux principaux composants à extraire : le suc et le gel.

Quelle est la différence ?

Le suc, ou autrement appelé, latex de la plante, est le liquide qui suinte – par gravité– de la feuille lorsque cette dernière est placée à la verticale.

Le gel, quant à lui, est la pâte riche en eau et sucre qui se trouve au centre de la section de la feuille. C’est d’ailleurs la partie de la plante la plus facile à extraire soi-même.

Le suc et le gel, ne sont pas utilisés pour les mêmes tracas. En effet, le premier est un redoutable laxatif et le second est un véritable allié à la fois pour la peau et afin d’aider notre corps à se battre contre les ulcères gastriques.

Ainsi, lorsque vous achetez de l’Aloès en ‘boîte’ (gélules/sachets etc.…), il est très important de jeter un œil sur la composition et vérifier s’il s’agit d’un extrait du suc de la plante ou de son gel. Si l’on cherche à acheter du gel en pensant soulager son estomac mais qu’au final on aval du suc qui est laxatif, les conséquences ne seront pas les mêmes.

Dans le cas où vous choisissez d’ingérer les sucs pour des soucis de constipation, notez que ces composés sont déconseillés aux femmes enceintes, en cas d’obstruction ou d’inflammation intestinales, et également si l’on contracte toutes sortes de maladies rénales, cardiaques ou digestives.

Maintenant que vous connaissez le principal, à vous de jouer !

Précautions :

  • Les plantes ne sont pas des médicaments et ne doivent pas être considérées comme tels.
  • Les plantes ne remplacent pas un médicament que vous devez prendre, mais agissent en support de celui-ci.
  • Les plantes agissent en tant qu’allier dans le rééquilibre du corps, mais si les symptômes persistent consulter votre médecin.
  • Les indications données sont mises à disposition à titre informatifs et ne remplacent en aucun cas l’avis médical !
X